mardi 11 juillet 2017

Quelques articles sur l'assemblée

3 délégués français (EPUdF et UNEPREF) (c) Guy Maillard
En attendant d'avoir les traductions définitives des décisions de l'assemblée générale de la Communion mondiale des Eglises réformées, on peut lire quelques articles. 

Les premiers portent sur les décisions de l'assemblée  :
- Un article présentant la nouvelle présidente de la CMER, la pasteure Najla Kassab, voir ici.
- Un autre sur la décision d'avoir au moins 50% de femmes parmi le personnel exécutif (employé) de la CMER, ainsi que dans le conseil exécutif (élu, bénévole, composé de 22 membres, c'est l'organe de direction de la CMER entre deux assemblées générales ; voir aussi le billet de Guy Maillard sur sa composition), voir ici.
- Un article sur le soutien de la CMER à l'accord de Paris sur les changements climatiques, voir ici.
- Un article sur la décision de condamner toutes les formes de violence envers les personnes LGBTQ (lesbiennes, gay, bisexuelles, transexuelles et "Queer"), à lire ici.
- Un article sur la décision de soutenir le processus de paix en Corée, voir ici.

Par ailleurs, on trouve des articles plus généraux sur le déroulement de l'assemblée et le vécu des délégués :
- Un article, signé Amy Eckert, présente des témoignages sur le mode de prise de décision par consensus et comment des délégués l'ont vécu : voir ici.
- Un autre sur les études bibliques et leur forme plus créative que l'enseignement "ex cathedra", pour s'adresser à tout l'être humain et pas seulement à son intellect, voir ici.
- Un premier bilan signé Serge Fornerod, de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, voir ici.

Claire Sixt Gateuille

vendredi 7 juillet 2017

Une nouvelle présidente


Najla Kassab pêchant à Wittenberg (c) Anna Siggelkow pour la CMER

L’assemblée générale vient d’élire le nouveau Comité exécutif, d’une composition significative de l’esprit qui anime la Communion mondiale des Églises réformées (CMER). 

A la présidence, une femme, Najla Kassab, de l’Église protestante de Syrie et du Liban, que son Église vient d’ordonner au ministère pastoral en mars 2017. Le comité exécutif est composé de 22 membres, dont 12 femmes et 10 hommes, 12 ordonnés et 10 laïcs, 5 jeunes de moins de 30 ans. 

Ces équilibres traduisent l’attention qu’accorde la CMER à la place des femmes, des jeunes et à l’ordination féminine. 

Christian Krieger



Election du comité exécutif

 La nouvelle équipe CMER est élue sous la présidence de Najla KASSAB, pasteure du synode Syrie-Liban


3 représentants pour l'Europe : un laïc Galois indépendant, un pasteur vaudois et une jeune laïc hongroise

jeudi 6 juillet 2017

Quelques photos












Wittenberg

Wittenberg, terre sainte protestante ?
Dans le périple de l'AG de la CMER, l'organisation d'un déplacement a Wittenberg s'imposait quasiment.
Nous avons donc fait le déplacement en bus soir environ 90 minutes de transport. Avec un départ a huit heures depuis le Messe, il fallait se lever tôt😪
La campagne autour de la ville est très semblable a la Brie : grands champs de blés ou mais, des petits villages sympas, une foret agréable.
Wittenberg est une jolie petite ville très propre. Et l'émotion des premiers pas s'efface avec le côté touristique organisé. Les bâtisses sont anciennes et bien conservées.
Le culte a commencé a 9:00. Un moment tout aussi bien organisé qu'a Leipzig.
Temps spécial avec la prédication de la future présidente de la CMER, une syrienne dynamique et la signature d'un acte officiel sur la justification (d'autre en parleront mieux que moi).
Petit repas au soleil et visite expresse de la ville 😖 retour obligatoire a 15:30 := trop court, juste de quoi voir l'église et sa porte aux 95 thèses 😋
Ce jeudi, c'était discussions, palabres et tergiversations
Le processus de consensus est lourd quand deux ou trois ne le veulent pas.
Par contre, moins de dix minutes pour modifier conséquemment la constitution et le règlement intérieur 😪
La. journée s'est terminée par un joli concert de cordes colombiennes dans le hall de la Halle.
Un moment hors du temps assez agréable pour finir la journée🙋

Signature de la Déclaration sur la justification

Signature de l'association à la DJDJ (c) COE/WCC
Hier, Mercredi 5, la Communion mondiale des Églises réformées a signé une déclaration d'association à la "Déclaration Jointe sur la doctrine de la Justification" signée entre la Fédération luthérienne mondiale et l’Église catholique romaine en 1999, et à laquelle les méthodistes se sont associés en 2006. Cette signature a fait l'objet d'une grande célébration à Wittenberg - lieu symbolique en cette année des 500 ans de la Réforme.

Dans la déclaration d'association, la CMER affirme apporter ses propres accents, en particulier son insistance sur le lien intrinsèque entre Justification et Justice, dans le consensus différencié auquel a mené le dialogue de la CMER avec la FLM et l’Église catholique romaine à propos de cette déclaration.

On peut lire sur le site de l'assemblée un article en français, et un autre, plus approfondi, en anglais, signé par Stephen Brown, le mari de Jane Stranz.

Quelques photos de la célébration commune : 

La procession lors du Culte (c) COE/WCC

Najilah Kassab, 1ère pasteure ordonnée au Proche-Orient (c) Ian Alexander

























L'après-midi était consacrée à une visite libre de "l'exposition universelle de la Réforme" à Wittenberg. Les délégués de l'UNEPREF ont testé "l'imprimante" du temps de Luther du stand de la Fédération des Eglises suisses : 

(c) Guy Maillard
 
Claire Sixt Gateuille

En quelle langue l'Esprit parle-t-il ?

Bible ouverte lors des études bibliques (c) R Lehner
Nous voici déjà à la veille de notre départ de Leipzig. Après une journée à Wittenberg, nous avons une journée de travail à la « Messe » de Leipzig. Le matin, rév. Dr. Mitri Raheb (pasteur luthérien en Palestine, président de Dar Al-Kalima) a introduit la journée avec une étude biblique sur le texte de Pentecôte, en Actes 2. Au sein de la Communion Mondiale des Églises Réformées, quelques soixante dix langues sont parlées et nous avons six langues officielles (l'anglais, l'allemand, le français, l'espagnol, le coréen et l'indonésien). La question des langues est récurrente dans les sessions de travail en raison des problèmes non pas tant de compréhension entre les délégués, mais de traduction. Dans une assemblée où la question de la justice est transversale, il s'agit de respecter toutes les langues et les minorités.

A Pentecôte, à Jérusalem, la langue dominante est la langue de l'occupation romaine, le latin. Mitri Raheb voit en Jérusalem le modèle de la diversité. Les différentes personnes présentes à Pentecôte ne parlent pas la langue de l'empire romain, elles reçoivent par l'esprit le message de l’Évangile dans leur langue maternelle. L'Esprit nous parle dans la langue dans laquelle nous rêvons, non pas dans la langue dominante. Ce texte nous parle particulièrement cette année du 500ème anniversaire de la Réforme. Lefèvres d'Etaples, Martin Luther n'ont fait qu'incarner ce texte en traduisant les Écritures dans la langue de leurs contemporains. Et aujourd'hui la Bible est  traduite en 543 langues dans le monde (la traduction en alsacien étant a priori la 543ème). Dans l'histoire de la Pentecôte, nous observons que les identités multiples sont une force, un trésor que nous devons conserver, c'est l'unité dans la diversité. A Jérusalem, les personnes de plusieurs communautés différentes reçoivent la promesse de l'Esprit avec leur diversité . Avec cette diversité, nous sommes exhortés à écrire notre propre théologie sachant qu'elle ne sera pas meilleure qu'une autre mais qu'elle aura le même statut, nous serons alors en communion.

Les diversités sont évidentes dans le contexte de la CMER, mais entendre ces diversités comme une force nous fera entrer dans une dynamique de communion. Indéniablement, nous avons besoin d'être édifié en début de journée !

Régine Lehner